Commentaire de Gestion Novembre 2016

COMMENTAIRE MENSUEL NOVEMBRE 2016

 Le commentaire de ce mois-ci se concentre évidemment sur la victoire inattendue de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine. Dans un courant qui nous semble potentiellement une répétition générale pour un scénario d’avenir axé sur une reprise de l’inflation, nous avons vu une importante correction des obligations. Les rendements ont mécaniquement augmenté en fonction de la perspective d’une relance budgétaire du président élu, le taux de référence de rendement des obligations américaines à 10 ans sautant de 1,7 % à 2,4 % en quelques semaines. Sans surprise, cela a déclenché une forte inversion de l’humeur qui prévalait au sein des marchés boursiers, où d’un côté des placements prétendument sûrs comme Nestlé ont été liquidés brusquement, et d’un autre côté nous avons observé une rotation des investissements vers les segments cycliques et les banques.

Notre portefeuille a bien résisté à la baisse des obligations grâce à nos efforts pour réduire au minimum la duration (étant donné le faible ratio risque/rendement) mais nous avons souffert au niveau sectoriel comme la santé (qui était à priori moins touché que si Hilary Clinton avait gagné les élections mais dont la remise en question du programme « Obamacare » rend la lecture des perspectives difficile). Le fond Evolution Europe, notre position la plus importante, n’a pas capturé le mouvement sur le secteur bancaire ou minier, car le fond évite ces secteurs, par conviction.  Le soudain changement de direction du marché a également affecté des fonds plus systématiques comme les  fonds Aequam dans notre portefeuille. Du côté positif, nous avions réduit notre position or durant l’été et avons eu l’occasion de le racheter récemment après une chute de 10 %. 

Dorénavant, nous voyons l’élection Trump comme un jalon marquant la fin de la toute-puissance des banques centrales et la prééminence de la politique monétaire « ZIRP ». La Politique va maintenant se montrer sur le devant de la scène avec une politique budgétaire expansive. Il nous semble toutefois que ces manœuvres vont plus vraisemblablement conduire à une poussée d’inflation plutôt qu’à de la croissance réelle. Toutefois, ces changements tectoniques se produisent lentement et les acteurs du marché devront attendre au moins la grande cérémonie de janvier pour obtenir quelques signes plus clairs du futur gouvernement.

ALLOCATION TACTIQUE

Nos indicateurs tactiques sont passés d’un niveau légèrement positif le jour du scrutin présidentiel à très négatif aujourd’hui (12/12). Ainsi, nous ne sommes pas enthousiasmés par le mouvement frénétique sur certains actifs risqués (par exemple aux Etats-Unis sur les petites capitalisations) et nous avons profité de l’occasion à cette époque de l’année pour terminer notre examen des marchés mondiaux. 

Tandis que certains marchés sont toujours sous-évalués comme la Chine (actions H), la Corée du Sud ou la Russie, les marchés occidentaux sont bien au-dessus de leur valeur intrinsèque d'autant plus si l'on tient compte de la hausse des taux prévue par les acteurs du marché (comme le montre  le mouvement rapide sur les anticipations d’inflation).

 

En janvier, nous ferons un examen annuel et nous regarderons ce qui a fonctionné pour nous ou pas afin de déterminer ce dans quoi il sera toujours juteux d'investir en 2017. Nous vous souhaitons de belles fêtes d’ici là.