Commentaire de Gestion Août 2016

COMMENTAIRE MENSUEL AOÛT 2016

Nos dossiers ont bien progressé en août malgré notre positionnement plutôt prudent. Nous nous attendions à une hausse de la volatilité à un moment donné mais c'est le contraire qui s'est produit : c'est la période de 40 jours la moins volatile de toute l'histoire de la bourse (soit 100 ans de données sur le Dow Jones Industrial Index) ! On peut se poser la question du pourquoi étant donné le nombre de problèmes latents dans l'économie mondiale. La réponse est clairement à trouver auprès de nos banques centrales qui compressent le rendement et manipulent le prix des actifs pour éviter une triste fin de la bulle du crédit.

La surprise positive sur le mois est venue de la part de l'Angleterre où les dégâts prévisibles du Brexit sur l'économie sont plus que mitigés jusqu'à aujourd'hui. Du côté de la réunion de Jackson Hole, peu de choses se sont dites et la Fed est de toute façon “Data dependent” comme Janet Yellen aime bien le souligner. On peut toutefois espérer (anticiper plutôt) une légère hausse des taux directeurs outre-Atlantique d'ici la fin de l'année.

On a vu aussi récemment les premiers émetteurs obligataires non gouvernementaux émettre de la dette à taux négatif, notamment Sanofi. Quand on peut se financer à 0%, même des projets risqués (à des taux implicites de rendement espéré plus faibles) peuvent être considérés. Qui seront donc les idiots du village dans 10 ans ? Ceux qui auront pris beaucoup de levier pour financer des actifs à rendement faible ? Ou plutôt les conservateurs qui auront placé leurs liquidités dans leurs coffres (puisque les banques ponctionnent l'épargne inactive) ? L'avenir le dira. Tant que nos présidents de banques centrales prédisent que rien ne peut les arrêter, c'est la première option qui nous semble gagner le combat, mais pourquoi ne pas investir dans les fabricants de coffres forts pour se couvrir ?

Nous restons convaincus pour les mois qui suivent que des écueils restent bien présents sur notre feuille de route, notamment les élections américaines, le refinancement obligataire dans certaines zones du monde et les conflits au Moyen-Orient qui pourraient prendre une autre tournure. Nous gardons donc notre assurance de portefeuille (volatilité) en place.

ALLOCATION TACTIQUE

Nous ne changeons pas notre fusil d'épaule malgré ces quarante jours d'immobilisme sur le marché (américain, car l'Europe a progressé de 1% sur le mois et les marchés émergents de 2%). Nos indicateurs tactiques restent négatifs et même si la fin de la phase de consolidation pourrait sortir par le haut avec une légère hausse, elle serait rapidement éteinte.

Nous avons investi début septembre 3% dans une sélection de titres en Angleterre étant donné les meilleurs chiffres, la devise faible ainsi que le niveau de certains titres de sociétés de qualité.  Nous le faisons en réduisant encore un peu l'exposition aux actions américaines et européennes afin de ne pas augmenter le risque à l'heure actuelle.